TEAM53 Le Forum des motards des Pays de loire


 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

  Accident, comment réagir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
qr53

avatar

Messages : 343
Date d'inscription : 03/10/2011
Age : 29
Localisation : Mayenne

MessageSujet: Accident, comment réagir   Lun 10 Oct 2011 - 23:59

Que doit on faire - et ne pas faire - quand on est témoin d'un accident de la circulation, moto ou scooter ? Pas facile, dans l'urgence, de savoir comment réagir devant un accidenté, quels services et numéros appeler, quels gestes et précautions suivre pour protéger la victime avant l'arrivée des secours... Moto-Station.com fait le point dans ce guide pratique des premiers secours pour accidentés de la route, motards, scooteristes, mais aussi automobilistes. Nos conseils et les bons réflexes à adopter (en vidéos).





Pour la réalisation de ce guide des bons conseils à suivre pour porter secours à une victime d'un accident de la circulation en moto ou scooter, nous avons fait appel aux professionnels qui viennent en aide aux victimes tout au long de l'année : gendarmerie nationale, pompiers et urgentistes du Samu. Chacun d'eux possède sa propre vision, son propre vécu des accidents de la route, d'où l'intérêt de tous les consulter.
Voici donc les divers bons conseils à suivre quand on est témoin d'un grave accident de moto ou de scooter, et que l'on est parmi les premiers à pouvoir porter secours à la victime. Pour les trois interlocuteurs que nous avons rencontrés, porter secours, c'est opérer en trois phases, ou le fameux "P.A.S." - Protéger, Alerter, Secourir - qui permet de répondre dans l'ordre aux priorités sur le terrain. Si les moyens humains le permettent, toutes ces actions doivent être accomplies de façon simultanée.
Vidéo 1 : Les bons réflexes en cas d'accident moto ou scooter
<iframe width="560" height="315" src="http://www.youtube.com/embed/FnhbmotMIHs" frameborder="0" allowfullscreen></iframe>

1- Se protéger soi même avant de protéger la victime d'un accident de la route

Aux abords d'un accident de moto, scooter (voiture et autre), il faut impérativement se placer hors de danger avant d'intervenir, afin d'éviter tout risque de suraccident. Les gendarmes sont formels sur ce point : souvent, les véhicules qui s'arrêtent pour secourir sont peu visibles ou, pire, masquent la zone de l'accident ou empiètent de façon dangereuse sur la chaussée. Quand on est sûr de ne pas être en danger soi-même, on peut agir. L'adjudant chef Roussel précise : "les propriétaires de moto type GT ou maxiscooter pourraient emporter un gilet jaune dans leur sacoche, à enfiler en cas d'intervention sur un accident de la route".
2- Baliser l'accident, en amont et en aval

Si l'on est plusieurs à s'arrêter sur les lieux d'un accident (autos, motos, piétons) ou dans le cas d'un groupe de motos, il faut déterminer le rôle de chacun (qui s'occupe de la ou des victimes, qui prévient les secours...) puis baliser la zone de l'accident par tous les moyens et dans les deux sens de circulation : motos en position parking avec feux de détresse clignotants, triangle pour les autos, piétons qui signalent de ralentir, le tout à bonne distance de l'accident pour éviter les brusques ralentissements.
Dans le cas d'un accident de nuit, sur route de campagne, les pompiers conseillent de signaler la présence d'un accident en amont et en aval, en prévenant les autres usagers au moyen d'appels de phare (véhicules arrêtés) et d'éclairer la victime afin de la voir pendant qu'on lui porte secours. Il faut enfin aménager une place réservée pour les véhicules de secours qui vont arriver.
3- Se porter auprès de la victime d'un accident de la route

Les intervenants sont formels, certaines personnes "n'osent pas approcher" la ou les victimes d'un accident de la route, motards, scooteristes ou automobilistes, alors que cette action reste indissociable de la manoeuvre de secours. Etre au contact de la victime est indispensable pour la sécuriser, constater son état, et informer les secours de façon efficace. Si elle est consciente, la rassurer, la tenir informer de l'arrivée des secours et - point important - la tenir éveillée.
4- Alerter et signaler la position géographique de l'accident

Une seule personne présente sur l'accident se charge de d'appeler les secours et restera en ligne le temps nécessaire. Elle devra aussi confirmer son numéro de téléphone pour être jointe en cas de rupture de communication. Point crucial pour faire gagner de précieuses minutes aux secours : se géolocaliser avec précision.
En ville, préciser l'angle des rues, le numéro sur un boulevard. Sur l'autoroute, les intervenants précisent qu'il faut utiliser aussi les bornes d'urgence (elles sont négligées depuis l'arrivée des téléphones portables), dont la localisation est automatique, voire les points kilométriques, ajoutent les pompiers (des petits panneaux blancs PK posés sur le rail ou le muret central).
A la campagne, préciser le numéro de la voie (départementale ou nationale) sur laquelle on se trouve et entre quelles communes. Ce n'est pas toujours évident en balade : il faut alors "utiliser" les riverains, les passants, voire des coordonnées GPS, le service de régulation des pompiers (18/112) disposant d'un logiciel pour utiliser les coordonnées GPS.
5- Informer de l'état de la victime de l'accident

Calmement, il faut alors informer de l'état de la victime, motard ou scooteriste dans le cas présent, sans la bouger si elle est immobile. Les questions auxquelles il faut se préparer à répondre : est elle consciente ? Lucide ? A-t-elle un poul ? Respire-t-elle (en plaçant sa main à proximité de sa bouche pour sentir son souffle) ? Des blessures apparentes ? Les pompiers et équipes du Samu précisent que les tenues moto d'hiver ou en cuir masquent souvent les lésions. La déformation d'une articulation peut rester visible malgré tout. Si l'on ne voit rien, il faut indiquer dans quel état se trouve l'équipement et notamment l'état du casque sans le toucher.
Toutes ces précisions permettront de déterminer quels moyens et services devront être envoyés sur place (réanimation Samu ou non). Il faut aussi protéger la victime du froid en la couvrant et l'aider à respirer en ouvrant la visière du casque, ouvrir le blouson si c'est possible, retirer les objets (boue, graviers) qui peuvent obstruer les voies respiratoires.
6- Informer de la violence du choc, du mécanisme de l'accident

Pour les secours, connaître la nature de l'accident est une information importante : les blessures peuvent être très différentes qu'il s'agisse d'une glissade dans un virage serré en moto ou d'une collision avec une auto. Le deux roues est-il partiellement détruit ? Le pilote a-t-il heurté un objet dur ? Parfois, la victime d'un accident est consciente, mobile, mais se plaint de douleurs abdominales : cela traduit souvent des lésions internes graves, qui nécessiteront un transport rapide en hélicoptère pour effectuer les examens nécessaires.
7- Immobiliser la victime d'un accident de la route pour son bien

Dans certains cas de traumatisme osseux, les victimes se "tordent" de douleur. Dans leurs mouvements, elles risquent d'aggraver leur traumatisme notamment s'il touche le dos. Sans brutalité, il faut immobiliser la victime de l'accident en maintenant un axe tête/tronc/bassin, pour éviter les dommages à la colonne vertébrale.
Si la victime souffre d'un membre cassé, il faut éviter tout mouvement de la fracture, ce qui soulagera le blessé. Primordial, il faut maintenir le casque - moto ou scooter, intégral ou jet - immobile pour éviter tout risque d'aggravation des possibles lésions cervicales. Une victime d'un accident de la route trouvera parfois d'elle même une position "de confort".
Vidéo 2 : Assister la victime, les premiers gestes

<iframe width="560" height="315" src="http://www.youtube.com/embed/5AF6fynL10s" frameborder="0" allowfullscreen></iframe>

8- Ne pas déplacer une victime d'un accident de la route

Si la victime risque d'être atteinte de lésions à la colonne vertébrale - ce qui arrive souvent lors d'une glissade à moto ou scooter qui se termine par un choc - on ne la déplace pas. C'est une manoeuvre réservée aux pompiers et aux urgentistes, qui nécessite une technique parfaitement maîtrisée.
Quelques rares cas nécessitent de déplacer une victime placée dans une situation extrême, dans un tunnel par exemple alors que des véhicules arrivent. Sans risquer sa propre vie, on peut alors être amené à déplacer une victime selon un axe le plus rectiligne possible, sans la porter, mais uniquement s'il n'existe pas d'autre solution.
Les professionnels du Samu nous ont précisé qu'une victime d'un accident allongée sur le dos et qui présente des nausées doit toutefois être placée sur le côté, en douceur et sans créer de flexion ni de rotation au niveau de la colonne vertébrale.
9- Ne jamais retirer le casque d'un motard ou scooteriste accidenté

Selon les pompiers, il est fréquent que les accidentés conscients retirent leur casque eux-mêmes, parfois même contre l'avis des personnes présentes. Mais la consigne vaut aussi dans le cas d'une victime inconsciente : on ne retire jamais le casque d'un motard ou scooteriste accidenté. La seule intervention utile dans un premier temps et sans risque consiste à ouvrir juste l'écran (ou la visière) pour favoriser la ventilation de l'accidenté. Si la victime est prise de nausée et qu'elle risque de s'étouffer à cause du refoulement d'une mentonnière proche de la bouche - cas plus courant qu'on ne le pense - il faudra alors songer à retirer le casque, mais il s'agit vraiment d'une mesure d'urgence. Dans ce cas extrême, les pompiers ou équipes du Samu peuvent guider les gestes, mais uniquement en cas d'extrême nécessité.
10- Accident moto ou scooter : quelques règles de bon sens

Si une victime est déjà prise en charge, il est inutile de vous arrêter au risque de gêner la circulation et l'arrivée des secours. Sur une route de campagne comportant plusieurs intersections, allez au devant des secours pour leur signaler qu'ils sont sur la bonne route. Si la moto ou le scooter accidenté ne gênent pas l'accès aux secours, les laisser en place : cela donne aussi des indications sur la nature de l'accident. Penser à couper le contact et/ou à fermer le robinet d'essence de la moto au besoin.
De même, voici d'autres gestes et réflexes utiles dans le cas d'un accident de la circulation :
- Ne pas donner à boire ou à manger à la victime, car elle peut être opérée dans les heures qui suivent.
- Ne pas ouvrir la partie amovible d'un casque moto ou scooter modulable, car si on le fait mal, si on ne connaît pas le système d'ouverture ou si celui-ci est endommagé, on risque de tirer sur les vertèbres cervicales de la victime, au risque d'aggraver les lésions.
- En cas d'hémorragie, effectuer un point de compression sur la plaie, au moyen d'un tissu aussi propre que possible et le maintenir jusqu'à l'arrivée des secours.
- Dans le cas d'un accidenté ayant perdu un membre (fréquent lors des chutes à haute vitesse sur autoroute selon les équipes interrogées), pratiquer un point de compression au moyen d'un linge à l'extrémité sectionnée. Localiser si possible le membre manquant afin que les équipes de secours puissent le conditionner dans les meilleurs délais.
- Ne pas retirer un objet planté dans le corps de la victime afin d'éviter tout risque d'aggravation hémorragique. Seuls les secours sont habilités à le faire.
Vidéo 3 : Comment utiliser un défibrillateur

<iframe width="560" height="315" src="http://www.youtube.com/embed/nAxkqZFVbpk" frameborder="0" allowfullscreen></iframe>

Accident moto ou scooter : Les numéros d'urgence

Tous les numéros d'urgence sont accessibles depuis les téléphones portables : certains cellulaires intègrent d'ailleurs les numéros d'urgence dans leurs menus. Notez que désormais, tous les services de police, gendarmerie, Samu et pompiers sont interconnectés.
15 : C'est le numéro du Samu. Régulation médicale directe par des médecins et des infirmiers par téléphone. Les centres d'appels du Samu disposent de moins de postes que les centres pompiers.
17 : C'est le nuémro de la police et de la gendarmerie.
18/112 : C'est numéro à composer pour appeler les pompiers. Les centres d'appels disposent de nombreux postes pour assurer la régulation. Le 112 est un numéro d'urgence européen, qui permet aux Français d'obtenir de l'aide à l'étranger et aux étrangers d'obtenir de l'aide en France.

Moto-Station remercie tous les intervenants qui ont collaboré à ce sujet : Dominique le Pape, médecin urgentiste au Samu 76, l'adjudant-chef Roussel de la brigade motorisée de gendarmerie de Caucriauville (76), le capitaine Margrit du Service départemental d'Incendie et de Secours de la Seine-Maritime, et les membres du Service Incendie et Secours de la Creuse (vidéos).

Par Christophe Le Mao


http://www.moto-station.com/article12266-accident-a-moto-ou-scooter-comment-agir-sur-place-.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Accident, comment réagir
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Accident
» Fuite liquide après accident, plus de chauffage et ventilateur inactif.
» guidonnage
» organiser ou être organisateur de sorties !!
» Elargisseurs de voie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TEAM53 Le Forum des motards des Pays de loire :: Discussions générale :: Le café des motards-
Sauter vers: